AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Watabaka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
x- Fondatrice Kawai ! <3 -x


avatar

Yuuki Seijaku
Féminin
Nombre de messages : 367
Localisation : ZzzZzz Entrain de dormir X3
Points : 4036
Date d'inscription : 26/10/2007

Niveau
Niveau en R: Maître
Niveau en G: Designeuse
Niveau en F: Créatrice

MessageSujet: Watabaka   Dim 9 Nov - 20:57

Regardez ce beau globe, pour l'instant il montre l'angleterre, la france et tout les autres pays de l'Europe n'est ce pas ? Tournée le un peu vers la droite. Ah, vous voyez une petite île nommé Japon ? Non pas là, ici ! Voilà vous y êtes. Tendez la main et toucher ce pays, vous voilà emporter ! Vous atterrissez tout près d'une grande tour rouge... Sa ? C'est la tour de Tokyo ! Mais, maintenant, laissez moi vous contez une histoire... Pendant ce temps là, asseyez vous sur ce banc blanc. Oui voilà celui là. Mainenant commençons l'histoire, d'un jeune garçon qui à connu biens des malheurs... Arthur Fureisu.

Nous sommes un jour d'hiver, là ou normalement vous êtes tous attroupé vers la cheminée où le feu peut vous réchauffer, là ou normalement vous dégustés un excellent repas en famille, ou encore là ou vous êtes dans votre lit, attendant les cadeaux du lendemain. Un jour de Noël. C'est ce jour là qu'est née un eurasien. Son père était un japonais et sa mère une anglaise. Ils étaient tous les deux moldus, et les sorciers ne les attiraient pas le moins du monde. Ce jour là, c'était jour de fête, et pourtant Mme Fureisu se trouvait dans un hôpital à Tokyo, grande ville du Japon et même la capitale du pays du soleil levant. Il faisait nuit, et il n'y avait pas grand chose comme lumière à part une petite loupiote. Par la fenêtre les voitures klaxonnaient, et ont pouvaient aperçevoir des phares. C'est cette nuit là, vers les 22h00 que le jeune garçon est née.

Sa mère ce nommait Alice Wentz, elle était très gentille avec tout le monde, ces cheveux étaient blonds blés, typique chez les anglais, et ces yeux étaient d'une couleur bleuté, tout le monde l'appréciait. Son père quant à lui se nommait Kazuya Fureisu, c'était un japonais très froid, mais en réalité il possédait un coeur d'or. Il avait des cheveux courts d'une couleur marrons, et des yeux verons, bleu et noir. C'était très rare chez les moldus, mais vous allez bientôt découvrir pourquoi... Ces parents c'étaient rencontrés par hasard, dans une bibliothèque à Londres, en se cognant alors que les deux tenaient au moins huit livres dans leurs mains et bras... Le bruit que cela provoqua, aurait pu énerver toutes les bibliothécaires du monde, et d'ailleurs ils se firent disputés par celle de la bibliothèque où ils se trouvaient.

Ensuite Alice invita Kazuya dans un restaurant, où là ils racontèrent leurs vie, que la jeune femme était donc une anglaise mordu de livres qui rêvait d'être écrivain, malheureusement elle n'avait aucun talent dans ce domaine. Kazuya lui, n'avait pas le même rêve que la jeune fille qui l'avait bousculé cet après midi là, il voulait juste chercher des livres intéressants et il en avait trouvé pleins, et ces livres parlaient de jardinage, car monsieur Fureisu rêvait d'avoir le plus beau jardin au monde, c'était pour sa qu'il avait été en Angleterre, car en réalité il avait des parents d'origine anglaise, qui lui avait donc apprit la langue. Il ne parla que de jardinage, mais évita le sujet de sa famille, ce qui était très bizarre et sa intrigua Alice. Mais elle ne souhaitait pas lui demander plus, car elle savait au plus profond d'elle, que elle aurait beau insisté, le garçon ne dirait rien.

Quelques mois plus tard après leurs rencontres, il se marièrent, et Kazuya repartit au Japon avec son jardin, qui n'était autre que sa femme. Celle ci lui avait « ouvert le coeur », car habituellement, c'était un homme froid qui cachait tellement de choses... Mais il ne lui avoua jamais qui il était vraiment. Mme Fureisu tomba enceinte, et nous voilà enfin retourné à ce jour là. Elle regardait longuement son enfant, il était si beau, mais bizarrement, elle avait un mauvais pressentiment, qui partit bien vite. Pourtant, Alice avait bien fait de ce méfié.... Elle observa son enfant, et lui trouva enfin un prénom. Arthur. C'était un si beau nom, que la jeune femme aimait beaucoup.

Passons donc à ces années d'innocence, entre sa naissance jusqu'à ces sept ans. Ces parents n'étant pas riche, mais sans être pauvre, ne lui achetait pas tous pleins de babioles modernes, alors le petit garçon connu le basket. Un sport amusant. Il ne cessait de dribbler, dribbler et encore dribbler et de mettre des buts dans les paniers. Il avait sûrement un don, ce qui lui apporterait sûrement un avantage plus tard quand il serait grand. Mais il appréciait aussi ces amis, et le son du piano, il aimait tellement ce son, doux qui pourtant pouvait être très dur... Néammoins il n'en jouait pas. Bizarrement il aimait bien les uniformes japonais, et aimait aller à l'école, même si il avait de très mauvaises notes parce que pendant les cours, il regardait par la fenêtre, au lieu d'écouter ce que disait le professeur. Il n'aimait pas les cours, mais il y avait une si belle vue par cette fenêtre où il regardait tout le temps, que à force il aimait bien allé à l'école.

Mais, c'est pas marrant, il y a que du bonheur, des moldus, et de la vie normal.... Maintenant nous entrons dans la partie sérieuse, celle que Arthur déteste, et celle-ci continuera jusqu'à ces 15 ans... Un soir d'été, ces parents s'assurèrent que leur fils dormait tranquillement dans son lit, ce qui était le cas... Enfin non, en réalité il ne dormait pas, il faisait semblant, car il avait bien vu que ces parents lui cachait quelque chose, si petit et pourtant si intelligent... Il les suivi discrètement, et une fois que ses parents furent assient sur le canapé, il se cacha derrière, et écouta la conversation....

Descend de ton banc, vient approche toi, il faut faire vite, il faut que tu entende cette conversation mon petit ! Voilà, c'est bien, suis moi maintenant... Approche toi n'est pas peur, voilà, là marche discrètement car nous allons rentré dans leur maison. Sa y'est, va te caché derrière le mur de leur salon ! Vite ! C'est bien, maintenant ne fait plus un bruit... Et écoute !

_ Chérie, depuis le temps que tu souhaite savoir mon secret.... dit l'homme d'une voix sincère, et voulu.
_ Vas-y, dit moi tout, je t'écoute, et le petit dort... chuchota presque la jeune femme qui pourtant paraissait inquiète.
_ L'histoire de mes yeux verrons.

Maintenant cher lecteur, nous allons être transporté dans une sorte d'autre histoire, mais ne t'en fait pas, je reste sur celle de Arthur. Voilà... Regarde maintenant le passé de Kazuya. Et écoute bien sa voix.

_ Mes parents ne sont pas des humains normaux, en réalité, il pratique la magie. Ce sont des sorciers, chérie j'espère que tu me crois. Bref, j'ai donc deux frères et une soeur aïnée, qui sont tous les trois des sorciers, comme mes parents. Mais moi je n'ai pas hérité de ce sang, je ne suis qu'un « moldu » comme il le disent. Je ne suis qu'un humain normal rien de plus, même si j'ai hérité de yeux de deux couleurs différentes. Je grandissait doucement, méprisé par mes frères et soeurs, qui me torturaient en utilisant leurs pouvoirs, cet à dire, qu'ils me cassaient des verres sur la jambe, les bras, ils me fouettaient en cachette grâce à un sortilège de vol, et devant mes parents je n'était rien. Je faisait le ménage, la vaiselle, et je sortais les poubelles. Je n'avais aucune liberté et j'étais traité comme un chien.... Et puis un jour ils m'ont abandonnés, et j'ai grandi seul, en Angleterre, le pays natal de ma mère. Ensuite nous nous sommes rencontrés et nous avons eu Arthur, mais tu sais chérie, j'ai un peu peur....

Soudain, la bouche de Alice s'ouvrit, parce qu'elle voulait posé une question.

_ Peur de quoi ?
_ Que notre fils....Soit un sorcier !
_ Allons chéri, ce n'est pas possible.

Le jeune Arthur qui devait avoir 8 ans, fut tellement surpris, qu'il bougea le pied, ce qui provoqua qu'un livre de la bibliothèque tout près du canapé où se trouvait ces parents, tombit. Ceux ci se retournèrent, et aperçurent leur fils qui avait un regard surpris. Ce fut le choc pour ces parents. Mais à présent, il savait....Il savait qu'il n'était peut être pas tout à fait humain. Vite retournons vers le banc, sinon ils vont nous remarqué. Court ! Voilà... Ces parents lui parlèrent donc doucement en le rassurant, mais en fait, qui y avait il de mal d'être peut être un sorcier ? En fait, Arthur avait peur d'être traité différement, alors, il couru vers la porte d'entrée, et s'enfuit... Pendant trois jours, il resta dehors, à volé, à regardé les étoiles, à pleurer. Il c'était fait un film, comme quoi il allait être battu, et traité comme un chien... L'imagination des enfants u___u... Ces parents le retrouvèrent enfin, et il pleurait, mais ceux ci lui racontèrent qu'il n'avait rien à craindre, après tout ils n'allaient rien lui faire.

Alors, il rentra à la maison avec ces parents, mais le malheur avec moi, sa ne peut pas se terminer comme sa, si vous croyez que ensuite quand il eu 11 ans il alla à Poudlard sous la grande joie de ces parents et qu'il eut pleins de petit frères et petites soeurs et qu'il vécurent heureux et que maintenant le voilà en cinquième année... Vous vous trompez sur toute la ligne mes petits --'... En réalité, il ne put pas vraiment posé le pied dans sa maison accompagné par ces parents, car en cours de chemin, les frères et soeurs de Kazuya, qui avaient tous finis à Serpentard, arrivèrent. Il le traitèrent de sale moldu, et sortirent chacun une baguette magique. Les deux frères la pointèrent sur la Mme Fureisu et la soeur pointa la sienne sur son propre frère, qu'elle haissait, ils avaient oubliés Arthur. Ils lancèrent le sort Avada Kedavra. La maman à Arthur, avant de mourir, lui ordonna de ce cacher, mais le garçon ne put point, ce n'était pas qu'il ne pouvait pas, mais enfait il ne voulait pas, enfin non, il avait tellement peur, qu'il était comme paralysé. Quand ces parents furent morts, il courut vers leurs corps et pleura toutes les larmes de son corps, il souffrait tellement le pauvre petit (nyark nyark)... Mais qu'est ce que c'était cette lumière verte, qu'avait elle fait à ces parents... Il ne savait même pas si ceux ci dormait, il croyait qu'il leur faisait une mauvaise blague, les frères et soeurs de son père, qui étaient donc ces oncles et tantes, le regardèrent avec un beau sourire sadique. Le prirent, et l'emmenèrent dans sa maison.

C'est ainsi que pendant deux ans, qui furent certainement les pires de son enfance, il devenu la même chose que son père, un esclave, qui était fouetté, qui se recevait des morceaux de verres, qui était traité comme un chien, qui devait tout faire, malgré son jeune âge. Et aussi, ces oncles et tantes, surtout sa tante, n'hésitaient pas à lui lancer le sort endoloris, ce qui faisait que pendant deux ans, il vécut bien mal, et souffrait chaque jour.... Chaque matin il devait faire la vaiselle, lever ces oncles et tantes, leurs faire leurs lit, les aider à pleins de choses, et ceci jusqu'au soir, ou finalement il pouvait rejoindre son grenier, comme un pauvre petit esclave. Mais aufaites, c'est embêtant de ce répèter avec « oncles et tantes » alors je précise que la fille s'appelle Yuuka, les deux frères Masao et Murao. Et donc la nuit, Yuuka et ses frères sortaient, pour rejoindre... Allons vous ne devinez pas ? Pourtant rappellez vous de l'époque de cette histoire ! Voilà, je parle bien du seigneur des ténèbres !

Et donc, deux années plus tard, quand le garçon avait bientôt onze ans, pendant qu'il séchait le linge en tant que bon moldu (Masao, son frère et sa soeur pouvait le faire à coup de baguette, mais ils préfèraient faire souffrir Arthur) Un homme entra dans la maison de la famille Fureisu, une grande lumière verte se fit paraître, devant les yeux Arthur, et cette lumière le fit rentrer dans ces souvenirs... La même lumière que pour ces parents ! Il courut alors jusqu'à sa maison, abandonnant le linge qui de toutes façons ne servirait plus jamais, car, quand le jeune garçon entra, il aperçu un homme, âgé d'au moins 30 ans, aux longs cheveux marrons et au yeux de braises, planté là, debout, tenant une baguette magique. Cet homme c'était son oncle, celui du côté maternel, car en réalité... Sa mère était une moldue qui était comme son mari, elle avait eu des frères et soeurs sorciers ! Et par terre, se trouvait le corps de Yuuka, de Masao et de Murao. Morts.... De la même façon que ces parents. Et il parla à son neveu, en disant une étrange phrase.



_ Le destin qui nous attend est souvent lié à une autre personne. Ton père et ta mère avait en réalité tout les deux du sang de sorciers dans leurs familles, j'en suis la preuve et eux aussi (dit-il en pointant les corps de nos trois anciens Serpentards morts). Mon petit, maintenant vis-ta vie comme le destin te le dit. N'est pas peur des obstacles si tu à un rêve à réalisé. Adieu.

Et il disparu, mystérieusement, sans laissé de trace. Alors Arthur fit comme il l'avait fait deux ans plus tôt, il s'enfuit de sa maison, laissant tous ces souvenirs là bas... Mais en réalité ces souvenirs le suivirent. Finalement il fut placé dans un orphelinat pour enfants perdus, et sa maison d'enfance fut détruite. Mais bizarrement, cet orphelinat se trouvait en Angleterre, alors il dut y aller. Mais le malheur ne va toujours pas s'arrêter ici ! Si vous croyez qu'il va découvrir sa magie et que tout heureux il va se faire adopté par une famille de sorcier et qu'au final il va allé à Poudlard et que là bas il se fera pleins d'amis en étant super gentil et tout.... Vous vous trompez encore !

Là bas, tout le monde le haissait, parce qu'il était différent. Dans le sens où il était asiatique. Et aussi parce que, après une telle enfance, il avait perdu l'habitude de parler, et ne disait plus grand chose, et restait dans son coin, à regardé par la fenêtre. Il était rêveur dites vous ! Nous pouvons dire cela, mais ces rêves étaient plutôt des cauchemars, il pensait à ces années d'enfance, là ou il était maltraité, il repensait au corps inerte de ces parents, et sa faisait très mal au coeur du jeune garçon. Mais il ne pouvait quand même pas lui arrivé que des malheurs ! (même si c'est à moitié le cas u__u) Et puis il fallait qu'il découvre ces pouvoirs !

Un jour, des orphelins le prirent, exactement de la même façon que Yuuka et ces frères, et l'emmenèrent dans une pièce sombre, à l'intérieur, il le tapèrent, l'insultèrent et tout... Pris par la rage de ces souvenirs, par la tristesse de la mort de ces parents, par le mystère des phrases de son oncle, par l'inquiétude de ce qui lui allait arrivé, il fut tellement énervé, que les enfants finirent à l'hôpital, avec des morceaux de verres à l'intérieur de leurs membres, et chacun avec une côte cassé causé par un meuble qui se trouvait là par hasard.

Ensuite, tout le monde, même les gardiens de l'orphelinat, eurent peur du garçon, ils le traitaient de monstre, qu'il aurait mieux fait de ne jamais naître, que ces parents avaient bien fait de mourir... Tellement en rage contre cela, parce que ces orphelins ne savaient pas ce que le jeune garçon avait vécu, et sans le vouloir, il provoqua encore quelque chose grâce à la magie. Il détruisa tout sur son passage, mais ne tua personne, et finit par partir en face de pleins d'orphelins effrayés, en ouvrant la grande porte blanche de l'orphelinat, pour finalement se retrouver dehors, dans la rue, la veille de noël, et donc la veille de son anniversaire. Il avait alors bientôt treize ans. Il n'avait jamais vécu un anniversaire heureux, après la mort de ces parents. Pendant un jour, il se promena, s'arrêtant parfois pour mangé, où parfois pour penser à ses seuls bons souvenirs, et aussi pour se faire hanté par ces pires cauchemars. Puis vint le soir de son anniversaire, où une famille de sorciers le trouva, et l'adoptèrent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-r-g-f.simpleboard.net
 
Watabaka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Début :: Mokona/Yuuki's Partie-
Sauter vers: