AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Kieru Asobi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
x- Fondatrice Kawai ! <3 -x


avatar

Yuuki Seijaku
Féminin
Nombre de messages : 366
Localisation : ZzzZzz Entrain de dormir X3
Points : 3915
Date d'inscription : 26/10/2007

Niveau
Niveau en R: Maître
Niveau en G: Designeuse
Niveau en F: Créatrice

MessageSujet: Kieru Asobi   Mer 21 Déc - 18:40

- Présentation -

- Nom : Asobi (jeu/amusement)

- Prénom : Kieru (s’éteindre)

- Surnom : Ki-chan, Sale gosse, kuso gaki

- Âge : 16 ans

-Race : [•u] Humain

[u]- Orientation sexuelle :
Bisexuel

- Sexe : Masculin

- Pour les maitre(sse)s : Il ne veux ni neko, ni inu, ni kitsune, sinon, il serait ignoble ^^

[u][b]- Métier :
Sale gosse. Ahem…. Voleur des rues.

_______________


- Physique : Kieru à tout d’un mignon petit garçon. Même s’il a 16 ans. Et cela ne cesse de le déranger, vu qu’il aimerait bien être un peu plus grand que 1m61. Donc oui, c’est un minus. Trop petit pour son âge. Un complexe dont il n’arrive même pas à se débarasser. En plus, son visage parait assez enfantin, il a la peau toute douce, et cela donne envie de lui tirer les joues. Ses yeux sont d’une couleur changeante selon la saison, en hiver ils sont bruns, et en été dorés, tout dépend de la luminosité du ciel. Puis, il est blond, non sans rire, il est japonais et est blond. Mais cela provient de son héritage familial, son père ayant une grande lignée d’ancêtres européens ou américains, ses cheveux sont longs, lui arrivant au niveau des épaules, ainsi, il se les attache souvent et les cache avec des bonnets tous diversifiés, son préféré reste celui avec des oreilles de lapin, non pas pour se donner un effet mignon, mais juste parce qu’il l’aime bien. Il porte souvent des habits de sport, pour pouvoir bien courir quand la police veut essayer de l’attraper, et porte des bagues à ses doigts. Souvent, sur son visage on peut aperçevoir un grand sourire malicieux, signe qu’il a gagné, signe qu’il à réussit à voler, et cela l’amuse. Un sale gosse en puissance.


- Caractère : Quand on ignore qui est Kieru, on pourrait croire qu’il est fabuleusement gentil, on à tout de suite envie de le serrer dans nos bras, d’être avec lui. Mais en fait, il se trouve que même si le petit sourire malicieux du jeune blond le rend tout à fait adorable, il n’est pas et ne sera jamais adorable. C’est un garçon au pur sale caractère. Déjà, vous lui dites bonjour, il vous riera au nez sans rien répondre, sans même vous redonner le bonjour. Ensuite, vous parlez avec, il fera exprès de vous remballez, de vous humiliez, de se moquer de vous, sans cesse. Il n’est ni bavard, ni pas assez, il parle juste assez pour vous faire du mal. D’autre part, il n’a confiance en personne, vous aurez beau croire qu’il vous aime bien, qu’il à confiance en vous, qu’il croit en vous, mais vous vous trompez totalement. Il se méfie toujours de tout le monde, et ne se fait ainsi jamais avoir, et peut vous trahir quand il veut. Que vous soyez en danger de mort, il vendra quand même la mèche. Déloyal jusqu’au bout des ongles. Kieru aime se battre, voler, et ricaner. En bref, si vous l’embêtez trop, il n’hésitera pas à vous frapper, à vous faire comprendre que vous êtes faible. Et s’il perd au combat, il se relèvera toujours, sans cesse, car il est têtu comme une mule et malin comme un singe, alors, si vous pensez qu’il foncera tête baissé, vous vous trompez. Il réfléchit toujours avant d’agir. Par contre, il est d’une franchise sans bord, et dira tout ce qu’il pense, et surtout ce qui blesse. Mais, en réalité, il peut être très sympathique, quand on finit par l’apprécier et être apprécié de lui, même si toujours, il n’aura jamais confiance en vous. Lorsqu’on devient son ami ou tout autre chose de positif dans ses relations, il peut s’avérer très gentil, et n’hésite pas à vous aider dans le besoin, en se méfiant toujours d’une éventuelle trahison.


- Histoire : 14 Septembre


« L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue »

L’or, le soleil, le jaune, tout se réunit. Leur point commun, ils brillent tous. Ils émettent de la chaleur. Ils sont agréables. On aime les voir. L’or parce que cela augmente notre puissance, notre pouvoir, tout le reste. Le soleil parce que lorsqu’on à froid, il permet de nous réchauffer, et le jaune, tout dépend de vos goûts. Bref. Ce 14 septembre, il ne pleuvait pas, malgré l’approche de l’automne. Non, justement, le soleil brillait en grand, et Mme Asobi, femme riche, pleine d’argent, portant sur elle une tonne de bijou en or ou en argent attendait qu’il arrive. Qui me diriez vous ? Juste son enfant. Le futur héritier de l’entreprise de son mari. Le futur garçon unique de la famille riche et célèbre Asobi. Le père travaillant comme président d’une grande entreprise ultra connue pour les voitures, se spécialisant aussi pour les bijoux, les vêtements même. Et la mère étant avocat, une très grande riche et célèbre avocate, archi-connue et douée que tout les riches voulaient pour se défendre des grosses plaintes contre eux. Passons… Kieru allait naître, elle le sentait, il venait, il arrivait. Et même s’il faisait chaud et que c’était dur à supporter, elle était heureuse…Enfin tout était relatif dans ce mot. Tout ce qu’elle pensait de son enfant, est qu’il allait être reconnu pour être l’héritier des Asobi, point barre. Le reste elle s’en fichait. Un gosse sa servait à quoi à part à assurer la descendance ? Elle le laisserait se faire éduquer par ses domestiques, ses esclaves, ses chats, chien et renards. Ces stupides animaux et humains.

- Madame, c’est un garçon, comment comp….
- Kieru. Kieru Asobi.

Kieru, s’éteindre. Drôle de prénom. Mais quand on est riche, on se permet tout, et le reste on s’en fiche. Alors appelons le ainsi, ça lui ira très bien. Tant mieux. Alors, on présente à la famille le petit garçon, la mère Hana Asobi et le père Lucas Asobi… Tout le monde s’extasie. Mais tout n’est qu’hypocrisie. Tout le monde sait qu’il est juste un héritier. Rien de plus. Rien de moins. Point final. Sans virgules. Sauf pour eux. Ces domestiques, qui devront se charger de l’éduquer. Ces esclaves qui ne sont qu’à moitié humains. Oui…Sauf pour eux. Kieru pour eux, est un enfant, un vrai, un être humain dont il devront s’occuper, et beaucoup d’entre eux en sont heureux.

« L’argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n’en ont pas. »

Alors, comme il le fut décidé, ce n’étaient pas les parents de Kieru qui l’éduquèrent, mais bel et bien les nekos, les inus et les kitsunes à la solde de la famille Asobi. Eduquer dans la servitude, sauf quand il rejoignait sa chambre et qu’il se rendait compte à quel point il était riche, il apprit à cuisiner, à faire le ménage, à faire toutes les corvées qu’un serviteur doit faire, et devint gentil, très gentil même, assez naïf et extrêmement attentionné. Ainsi, que ses parents le veuillent ou non – et même ceux-ci s’en moquaient totalement – il s’occupait des tâches que les servants s’occupent habituellement. Et était énormément apprécié de tous. Surtout d’une petite neko, ayant le même âge que lui, 8 ans. Elle s’appellait Hotaru, était toute petite, avec des longs cheveux noirs et des grands yeux tout dorés. Et les deux s’adoraient. Ils se faisaient des câlins, des bisoux, des papouilles, bref, des grands amis et une petite amourette. Sans que les parents de Kieru ne se doutent que leur fils avait une relation avec un « esclave » ou même « un déchêt » « un objet » « une chose » « un truc », bref, que des termes gentils qu’ils utilisaient le plus souvent pour traiter leurs servants.

- Hotaru-chaaan, hurlait alors le petit garçon en câlinant la jeune servante
- Kieru-chaaaaan, criait alors la petite fille, toute heureuse d’avoir un ami aussi gentil.

Non, pas de « kieru-sama », pas besoin. L’héritier des Asobi n’était plus l’héritier des Asobi, non il était un petit garçon entouré de servants, et passant leur temps à les aider. Sans se douter que pour ses parents, ce qu’il faisait était mal. Et lorsqu’il apprit ce qu’était le « déshéritage », ne voulant pas devenir riche à millions, pensant que l’argent a ne servait à rien, il se décida de parler à ses parents, alors qu’il n’avait que 10 ans.

Rentrant alors sans gêne dans le bureau du grand, du fabuleux, du très chaleureusement ou hypocritement respecté, Monsieur Lucas Asobi premier du nom, il regarda ce qui était censé être son père avec un regard extrèmement déterminé et lui parla sur ce ton :

- Papa, je ne veux plus être un Asobi. Je veux être un servant !

Quelle ridicule phrase que voilà. Son père en rit alors. Enfin, peu de temps, car ce n’était pas si drôle au final, quand on voyait la sincérité que renvoyaient les yeux de son fils. Il était sérieux. Et Lucas n’en crut pas ses yeux. Non, non, ça ne pouvait pas être possible, qui était le dégénéré qui avait eut l’idée de lui mettre cette folle opinion en tête ?!

- Mais voyons mon garçon…
- Ne m’appelle pas mon garçon ! C’est la première fois qu’on se voit !

C’était la vérité. A part dans le journal, le petit garçon n’avait jamais vu son père, qui était toujours enfermé dans son bureau ou à fond sur son travail. Le père est stupéfait, mais se met rapidement en colère, et se lève, s’approche du petit garçon, et lui met la claque de sa vie. Elle sonna très fort. Très très fort. Assez fort pour laisser une marque rouge sur la joue de Kieru. Et pour l’énerver tout aussi fortement que la claque lui faisait mal.

- Ce ne sont pas les nekos, ni les inus ni même les kitsunes les déchets ! C’est toi espèce de sale…De sale….DE SALE CON !

L’hurlement de cette insulte sortant de la bouche d’un enfant si jeune résonne alors dans toute la maison. Comme cette claque qui lui fait encore mal. Il s’enfuit, court jusqu’au dehors, jusqu’au jardin ou Hotaru doit l’attendre. Il ne pleure pas. Il ne pleurera pas pour un père aussi stupide. Non. Il le déteste. Il éprouve de la vraie haine pour ce père. Et ce qu’il ignore, c’est que bientôt, ce père va se venger. Fortement.

« L’argent fait le bonheur. »

Le temps passe, et l’on remarque que Madame la grande Hana Asobi, est de nouveau enceinte. On apprend plus tard que c’est également d’un garçon et donc que Kieru va avoir un petit frère. Mais il s’en moque, il ne veux pas en entendre parler. Il déteste ses parents et tout ce qui va avec. Alors son petit frère, il peut aller crever en enfer, sa l’arrangerait bien. Puis, soudainement, il apprend le renvoi de plusieurs nekos, de plusieurs inus et de plusieurs kitsunes. Son père à l’air d’avoir apprit que son fils passait son temps avec eux, et à donc décidé de ce venger… Alors, Kieru rentre dans le bureau, à nouveau, comme il y a quelques mois en hurlant, sans savoir qu’Hotaru l’a suivit, et reste derrière la porte.

- EH LE DECHET ! hurle alors l’enfant énervé.
- Oh, Kieru. Que ce passe-t-il tu es triste ? Pauvre petit. Tu n’avais qu’à pas me traiter de déchet, voyons. Ni de...Quel terme as-tu utilisé déjà ? Ah oui, de sale con.

Un sourire machiavélique, un sourire qui enrage le blond est affiché sur la bouche de son géniteur.

- Je te traites de ce que je veux, le vieux. Au moins, je ne passe pas mon temps à tromper les gens en leur détruisant leur vie. C’est pour les lâches ce genre de chose. Espèce de sale con. De sale con oui. De pourriture. Et les pourritures ce sont des déchets. Tu es un déchet. VA CREVER EN ENFER !

L’enfant s’énerve, le père se lève, comme il y a quelques temps, et frappe de toutes ses forces l’enfant, le frappe encore, encore, encore, toujours. Le père n’a plus besoin de l’héritier, il va en avoir un autre. Autant l’achever, pour ne plus avoir de contrainte. On ne sait jamais….Enfin, c’est ce que souffle la folie qui augmente dans le cerveau de Lucas.
Hotaru affolée, bouge alors, et court protéger son ami. Son ami voire son amour. Son ami amour. Et le père, énervé, dangereux, la frappe elle aussi. Kieru tente de l’arrêter. Non, il ne doit pas la toucher. Il ne faut pas. Elle est fragile…Comme une poupée. Stop…Pitié… L’enfant s’aggripe aux jambes de son père qui continue de frapper, toujours, encore. Sans s’arrêter. Comme la pluie qui martèle à grosses gouttes au dehors. Et soudain, plus rien. Le chat tombe. Il se repose. Mais pour combien de temps ? Longtemps, trop longtemps sûrement. A jamais peut-être. Ou même vraiment. Et Kieru hurle, il hurle de toute sa rage, de toute sa tristesse, de toute sa haine, et court. Fuyant tel un lâche. Courant sous cette pluie qui ne cesse de tomber. Et tombe par terre. Loin, dans cette ville qu’il n’a jamais vraiment visité. Il ne connaît que le chemin de l’école après tout. Alors il pleure, sans s’arrêter, sans cesse, il pleure.

« L’argent ce n’est rien qu’une couleur moche. Inutile. Monstrueusement laide. Qui vous pourrit la vie, et qui vous rend aveugle et fou. »

Les années passent. Un an. Deux ans. Cinq ans. Et l’enfant à grandit. Il a 16 ans à présent. Et passe son temps à voler et frapper tous les innocents. A être un sale enfant. A fuir tout le temps. A tout bout de champ. Kieru Asobi. L’enfant qui disparaît souvent. L’enfant qui aime l’amusement. Faites attention à vos affaires, il pourrait bien vous les dérober.



Ce qu'il/elle aime : voler, se battre, ricaner des gens, mettre des bonnets, dormir, regarder les nuages, écrire, lire, l’automne et éventuellement le son de la flûte

Ce qu'il/elle aime pas : les gens, les humains en fait en général, se faire attraper, qu’on le traite de sale gosse, les naifs, les idiots
_______________


Comment avez-vous connu le forum ? Par ma fifillenounette (au faites, c’pas le minus qui fait la fiche hein u.u, il est nul pour les fiches u_u. Mais t’a dut le remarquer que c'était pas lui avec le « XD »)

Une question ? Combien font 50 + 43533544556788876543 ? :D.

Code : Neko

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-r-g-f.simpleboard.net
 
Kieru Asobi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Début :: Présentation de mes personnages-
Sauter vers: